Rapports au travail, orientation et persévérance aux études, du secondaire à l’université (RTOPS)

Si le rôle des représentations du marché du travail a souvent été mis en lumière dans les travaux sur l’insertion sociale et professionnelle, notamment en ce qui concerne les parcours des jeunes en aval de la sortie du système éducatif, les liens entre les représentations du travail et les parcours scolaires ont cependant peu été traités. Au Québec, une majorité d’élèves de deuxième cycle auraient une idée du métier qu’ils veulent exercer; or plusieurs aspirations professionnelles se verraient déstabilisées pendant le parcours scolaire, notamment au moment de l’entrée en formation collégiale. Alors que s’accroît la proportion de jeunes engagés à la fois dans les études et sur le marché du travail, il appert que l’information sur les exigences requises pour exercer une profession donnée n’est pas acquise chez les élèves du secondaire. La connaissance de ces informations augmenterait pourtant les chances d’accéder plus tard à cette profession. Les représentations erronées, notamment à propos des débouchés de la formation professionnelle, sont susceptibles quant à elles de contaminer les choix des élèves.

Face à ces constats, la présente recherche, dans laquelle s’investissent les cochercheurs Sylvain Bourdon, Patricia Dionne, Eddy Supeno, Anne Lessard, Rachel Bélisle et Jean Gabin Ntebutse, poursuit un objectif double. D’une part, produire des connaissances théoriques sur les rapports au travail des élèves et sur l’influence de ces rapports sur l’orientation et la persévérance; d’autre part, produire un modèle d’intervention de groupe visant à outiller les élèves pour contrer les effets négatifs de certains aspects du rapport au travail. Cinq objectifs spécifiques permettront de répondre à cet objectif général.

  1. Décrire les différents rapports au travail entretenus par les élèves, du secondaire à l’université ;
  2. Dégager, dans ces différents rapports au travail, les aspects relevant de représentations sexuées du travail ;
  3. Analyser les distributions de ces rapports au travail selon les caractéristiques socioéconomiques des élèves ;
  4. Analyser les liens entre les rapports au travail, les choix d’orientation et la persévérance aux études des élèves et
  5. Concevoir et expérimenter, dans différents contextes scolaires, une série d’interventions de groupe visant à mieux outiller les élèves pour contrer les effets négatifs de certains  rapports au travail.

La recherche mobilise une méthodologie de recherche mixte et deux volets sont prévus dans le déploiement de ce projet, soit : 1 l’arrimage d’une enquête populationnelle
et d’un suivi longitudinal des parcours consignés aux dossiers étudiants et 2 une expérimentation de groupe d’intervention en milieu scolaire. La population visée est constituée des élèves de 14 à 29 ans, inscrits à temps complet dans un établissement secondaire ou postsecondaire de l’Estrie. L’équipe de recherche désire participer, à l’aide de ce projet, aux retombées sur la persévérance scolaire et contribuer à l’amélioration de l’articulation formation-marché du travail au Québec.

Source(s) de financement
Fonds de recherche du Québec - Société et culture (FRQSC)

Publications liées au projet