Les caractéristiques comportementales jouent-elles un rôle modérateur sur les interactions en classe perçues par les élèves et leur sentiment d’efficacité personnelle?

Notice bibliographique

Beaudoin, M., Nadeau, M.-F. et Lessard, A. (2021). Les caractéristiques comportementales jouent-elles un rôle modérateur sur les interactions en classe perçues par les élèves et leur sentiment d’efficacité personnelle? Revue des sciences de l’éducation, 47(1), 53-79. 

Résumé

Fondée sur la théorie sociale cognitive (Bandura, 1986), cette étude a examiné les liens entre les interactions en classe perçues par les élèves et leur sentiment d’efficacité personnelle à l’égard du travail scolaire en considérant le rôle modérateur de leurs caractéristiques comportementales. Les données ont été recueillies auprès de 574 élèves du primaire, en classe ordinaire, au Québec. Des analyses de comparaison de moyenne indiquent que le sentiment d’efficacité personnelle est plus faible chez les élèves manifestant des difficultés comportementales extériorisées comparativement aux élèves tout venant. Selon une régression linéaire multiple, l’organisation de la classe et le soutien à l’apprentissage expliquent une partie de la variance du sentiment d’efficacité personnelle des élèves. Les caractéristiques comportementales jouent un rôle modérateur sur les relations entre les domaines des interactions en classe (soutien émotionnel, organisation de la classe, soutien à l’apprentissage) et sur le sentiment d’efficacité personnelle des élèves. Les interactions en classe n’influencent donc pas le sentiment d’efficacité personnelle de la même manière pour tou·te·s les élèves.

Membres du CÉRTA impliqués