Orientation professionnelle des adultes sans diplôme dans une perspective d’apprentissage tout au long de la vie (BOP)

Personnel de recherche : Kathy Gariépy-Delisle (2012-2014); Amélie Simard (2013-2016); David Baril (2013-2016); Maude Beaudoin (2014); Marilyn Lapierre (2014); François Mercier (2014); Marie-Claude Bélanger (2013); Alexandra Coulombe (2013); Marie-Noël Goulet (2013); Pierre-Olivier Babin (2012-2013); Venessa Mongeau (2013). 
Partenaires du comité de suivi : Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) ; ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale (MESS) ; ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie (MESRST) ; Fonds de recherche du Québec – Société et culture (FRQSC).

La formation de base devient un défi important alors que 23 % de la population de 25 ans et plus au Québec est sans diplôme. La visée générale de la Politique gouvernementale d’éducation des adultes et de formation continue (2002) est de « susciter l’expression de la demande de formation », mais il est encore difficile de rejoindre certains adultes sans diplôme et plusieurs rencontrent toujours de nombreux obstacles, institutionnels, situationnels et dispositionnels, pour accéder à la formation structurée, s’y maintenir et obtenir un premier diplôme. Alors que l’accompagnement dans la formulation et la mise à jour d’un projet professionnel ou de formation est promu dans les textes gouvernementaux, il semble que les services disponibles ne soient pas utilisés de façon optimale. Dans ce contexte, l’objectif général de ce projet est de cerner les besoins des adultes sans diplôme en matière d’orientation professionnelle, en tenant compte de leurs contextes, dans la perspective d’apprentissage tout au long de la vie au cœur de la politique gouvernementale. Nous portons attention aux services et dispositifs relevant de l’orientation professionnelle qui sont connus, reçus et souhaités par des adultes sans diplôme aux caractéristiques diversifiées en termes de sexe, d’âge, d’activité, de niveau de scolarité, de statut immigrant, d’appartenance à une minorité visible et de région. L’orientation professionnelle est conçue avec des éléments spécifiques comme la relation entre une personne aidante et une personne aidée, les volets établis d’un processus d’orientation et d’autres, plus récents, comme l’expression de la demande de formation de base. Le cadre d’analyse mobilise également un modèle interactionniste de l’apprentissage (Illeris, 2007) et attire l’attention sur l’ambivalence, une notion particulièrement féconde pour traiter de la persévérance en formation de base d’adultes sans diplôme.

La recherche utilise un devis mixte, quantitatif et qualitatif, qui tient compte des bas niveaux de littératie d’une bonne partie de la population de l’étude et utilise des instruments cohérents avec le paradigme de l’apprentissage tout au long de la vie. Nous avons conduit trois types de collecte de données originales (groupes de discussion, entrevues semi-structurées (n=36) et sondage populationnel auprès de 400 adultes non diplômés), jumelées à des analyses de données publiques et à des analyses secondaires de données qualitatives déjà recueillies auprès d’adultes sans diplôme. Des partenaires de trois régions (Gaspésie, Estrie et Grand Montréal) et de différents milieux ont été associés au projet. Le projet donnera lieu à une activité de transfert organisée par le FRQSC en 2015. La diffusion des résultats aura lieu principalement en 2015 et 2016. Les connaissances générées par la recherche sur l’apport de l’orientation professionnelle dans l’expression de la demande de formation de base permettront notamment une amélioration des services, une plus grande prise en compte du phénomène d’ambivalence des adultes sans diplôme et un soutien adapté aux contextes de vie des adultes assurant de meilleures conditions de persévérance lorsqu’ils s’engagent dans une formation de base.

Source(s) de financement
Fonds de recherche du Québec - Société et culture (FRQSC)